Shōkansai Iizuka (1919 – 2004)

#3640

Ishidatami hanakago
Vannerie de bambou pour l’ikebana au motif de pavés de pierre
Nedoshi” (année du Rat)
Susudake (bambou fumé)
Signée: Shōkansai saku (fait par Shōkansai)
Iizuka Shōkansai (1919-2004)
H. 28 cm – P. 19,5 cm
Tomobako, boîte d’origine signée par l’artiste
Hishi yotsume (tressage au carré avec motifs de diamant) avec noeuds

Shōkansai Iizuka (1919 – 2004) était un artiste japonais spécialisé dans la sculpture de bambou..

Le père de Shōkansai était le plus grand artiste de bambou Iizuka Rōkansai. À l’origine, le frère aîné de Shōkansai, Iizuka Mikio était destiné à poursuivre l’art de la famille, et Shōkansai étudia donc la peinture à l’huile à l’Université des Beaux-Arts de Tokyo sous la direction du maître Fujishima Takeji. Le décés de Mikio en 1942 laissait Rōkansai sans héritier pour poursuivre la tradition familiale de l’art de bambou, et ainsi Shōkansai commença à étudier sous l’autorité de son père qui était un maître sévère. Les dix premières années d’apprentissage de Shōkansai furent consacrées au débitage du bambou considéré comme un élément indispensable à maîtriser.

À la fin des années 1940, Shōkansai soumettait régulièrement des pièces aux expositions Nitten organisées par l’Académie des Arts du Japon. Il y remporta de nombreuses récompenses,notamment le Grand Prix (1954) et le Prix du Chrysanthème (1960). Il devint membre à part entière du groupe Nitten en 1967. A cette époque, il avait déjà fondé son propre groupe artistique, le Nihon Chikujinkai, avec d’autres artistes. Au milieu des années 1970, il commença à contribuer aux expositions d’artisanat traditionnel (Nihon Dento Kogei Ten), et élargit son répertoire; il remporta le Prix du ministère de l’Education dès sa première participation et, deux ans plus tard, fut invité comme juge de la compétition. Son oeuvre a été exposée au musée national de Tokyo d’Art Moderne et au musée d’Art Asiatique de San Francisco. Il fut également invité à Taiwan et dans d’autres pays pour enseigner sa technique de vannerie. Entre 1979 et 1981, il fut employé par le Bureau de la Maison Impériale pour inventorier les objets en bambou conservés au dépôt du Shōsōin Imperial Teasure House.

En 1982, il a été reconnu trésor national vivant par l’Association Japonaise des Arts et Artisanat et l’Agence pour les affaires culturelles.

Références
- Iizuka, Mari. “Shokansai“. Rokando.
- “Japanese Studio Crafts: Tradition and the Avant-garde“, by Rupert Faulkner, University of Pennsylvania Press. 1995. ISBN 978-0-8122-3335-3.
- “Basketry: Japan’s Bamboo Art“. by Diaz, Michelle. Lost Art. Illinois State University College of Arts.

DEMANDER PLUS D'INFORMATION