Kanzan & Jittoku

AUBE-23

VENDU

Kanzan & Jittoku
Rouleau, encre sur papier
Sengai Gibon (1750-1837)
Période Edo, XVIIIe-XIXe siècle
H.: 171,5 cm (67 ½ in) – L. 48 cm (18,9 in)

擁箒不除塵
看経不解義
非是狂興愚
必大行大智

Un balai à la main, il ne nettoie pourtant rien
Ne sachant rien faire d’autre que lire des sutras
Ni fou ni stupide
Simplement pour atteindre la grande sagesse de Bouddha

Kanzan et Jittoku sont deux moines Zen et ermites excentriques semi-légendaires de la dynastie Tang (Chine), connus comme de grands maîtres Zen. Kanzan était un fermier qui ne travaillait jamais consacrant tout son temps à la récitation des sutras. Devant la réprobation de son épouse et de ses voisins il trouva refuge dans un monastère de montagne. Il y écrivit de nombreux livres et poèmes, et fut par la suite souvent représenté un pinceau ou un rouleau à la main. Jittoku est réputé s’être entièrement consacré au balayage et est toujours représenté tenant un balais. Nombreux considèrent qu’il est idiot et inutile de se consacrer aux sutras en écrivant des poèmes ou en balayant le sol au lieu de pratiquer l’ascétisme. Cependant, être entièrement absorbé dans une tâche, quelle qu’elle soit, suscite l’admiration des pratiquants du Zen, et ces deux ermites sont considérés comme les incarnations de Samantabhadra et Mañjuśrī (Manju en japonais). Il semble que Sengai ait beaucoup aimé dessiner Kanzan et Jittoku comme en atteste un grand nombre de ses œuvres.

DEMANDER PLUS D'INFORMATION