Jomon doki – type Adamadai IV

AUBE-01

VENDUE

Jarre de conservation en terre-cuite
Période du Jomon Moyen (env. 2500–1500 av. J.C.)
Amas coquillier d’Adamadai, Katori, préfecture de Chiba
H. 56,5 cm (22.2 in) – L. 45 cm (17.7 in)

Les poteries cordées, parmi les plus anciennes poteries au monde, sont des ouvrages caractéristiques des premiers habitants du Japon. Cette population du Néolithique, connue sous le nom de culture Jomon (Jo : corde – Mon : marquer) qui vécut des ressources abondantes de la pêche et de la chasse sur les iles japonaises depuis au moins le dixième millénaire avant J.C. (périodes « Proto Jomon » et « Jomon initial »), a survécu dans certaines régions jusqu’au IIIe siècle de notre ère. Tout au cours de la période Jomon des objets à fonction utilitaire ont été produits à la main avec un sens artistique inventif, souvent extravagant ; des disparités régionales ont contribué à la création de nombreux types et styles différents. Cette jarre de conservation des aliments, en terre cuite, est remarquable du fait de la qualité de l’argile utilisée et de ses décorations. Toutes les poteries Jomon étaient tournées à la main, le potier montant l’ouvrage en partant de la base en superposant des bandes d’argile tendre sans se servir d’un tour. Comme dans toutes les autres cultures néolithiques ce sont les femmes qui réalisaient ces premières poteries. L’argile était mélangée avec des matières liantes, mica, plomb, fibres et coquillages écrasés. Après avoir formé le pot, elles utilisaient des outils pour lisser les surfaces intérieures et extérieures. Une fois l’argile sèche, le récipient était cuit sur un feu extérieur à foyer ouvert à une température ne dépassant pas les 900 ° C.

L’amas coquillier d’Adamadai se trouve dans la préfecture de Chiba. Il a été découvert en 1894 (Meiji 27) et depuis fouillé plusieurs fois. Des poteries, des outils en pierre, des bracelets en coquillages ainsi que de nombreux ossements d’animaux ont été découverts. Il est de ce fait très précieux pour les scientifiques qui étudient l’histoire de la région du Kantō et tous les aspects de la période du Moyen Jomon ; il a été identifié par le gouvernement Japonais comme site d’intérêt historique important. Les poteries typiques d’Adamadai sont caractérisées par leurs composants et leur forme. Des quantités élevées de micas sont mélangées à l’argile et les motifs sont appliqués à la corde sur le corps de la jarre. On trouve généralement quatre poignées sur les bords. De ces points de vue, cette jarre est typiquement Adamadai, même si le motif de triple vague qui la décore est plutôt rare.

DEMANDER PLUS D'INFORMATION