Jinenjyo

AUBE-21

VENDU

Igname du Japon.
Rouleau, encre sur papier, monté sur soie
Ike no Taiga (1723-1776)
Période Edo, XVIIIe siècle
H. 100 cm (39,4 in) – L. 26 cm (10.,2 in)
H. 182 cm (71,6 in) – L. 36 cm (14,2 in)

Ike no Taiga (池大雅) est l’un des plus célèbres peintres Bunjin-ga, la peinture de lettrés japonaise, inspirée de la peinture de lettrés chinoise. Il aurait perfectionné son style Bunjin-ga avec Yosa Buson.
Né d’une famille de fermiers au nord de Kyoto, il excella dès son plus jeune âge dans l’art de la calligraphie et pour se perfectionner il fréquenta assidûment les moines Zen du temple de Manpuku-ji de Kyoto. Il devint ensuite peintre professionnel. En 1748, il quitta Kyoto pour Edo (de nos jours Tokyo) où il fut célèbre grâce à sa maitrise virtuose de la peinture au doigt. A Edo, il eut l’occasion de voir des peintures venues de l’Occident qui l’impressionnèrent beaucoup. En 1751, il fit connaissance du célèbre moine et peintre Zen Hakuin Ekaku (1686-1769). Cette rencontre influença indubitablement le style d’Ike no Taiga. Un grand nombre de ses œuvres ont été classées « Trésor National » au Japon.

Cette œuvre représente une igname du Japon (Dioscorea japonica) nommée jinenjyo, littéralement “igname sauvage”. Pendant l’automne, au moment de la récolte, les gens se rendaient dans les montagnes, pour creuser et déterrer des ignames afin de les manger. Ike no Taiga a peint le corps de cette igname d’un seul trait de pinceau. En examinant les différentes épaisseurs du trait on comprend que ce trait a été peint du haut vers le bas. La ligne est souple et naturelle. Même si à première vue il semble que les racines fibreuses aient été dessinées rapidement, elles ont en fait été peintes avec une grande précision. L’igname occupant quasiment toute la place libre sur la feuille, la composition est originale et rend le dessin cocasse.

DEMANDER PLUS D'INFORMATION