24. Tanka

#2836

VENDU

Poème sans rimes de 31 syllabes sur cinq lignes
Ōtagaki Rengetsu (1791-1875)
Encre sur papier et montage sur soie
36,8 x 47 cm (121 x 49,8 cm)

Ōtagaki Rengetsu, nom de naissance Nobu, est née d’une union secrète entre une geisha et un samurai nommée Tōdō Yoshikiyo. Encore enfant, elle est adoptée par la famille Ōtagaki et à l’âge de 8 ans devient dame de compagnie au château de Kameyama, situé à Kameoka dans l’actuelle préfecture de Kyoto. La première partie de sa vie est marquée par la perte de nombreux membres de sa famille, notamment quatre enfants, deux enfants adoptifs, deux époux et finalement de son propre père adoptif. En 1823, après la mort de son second mari, elle rejoint le temple de Chion-in (Kyoto), le siège de l’Ecole de la Terre Pure (Jōdo shū), et se fait nonne sous le nom bouddhiste de Rengetsu, « Lotus-Lune ». Pendant près d’un demi-siècle, elle vivra dans différents temples et s’adonnera à la poésie (waka) – Rengetsu est considérée comme l’une des plus importantes poétesses japonaises du XIXe siècle – mais aussi à des arts aussi divers que la danse, la couture, la cérémonie du thé et les arts martiaux. Admiratrice de grands poètes auprès de qui elle étudie, dont Ozawa Roan et Ueda Akinari, elle devient une proche amie et mentor de l’artiste Tomioka Tessai (1837-1924).

Transcription du poème écrit à l’âge de 80 ans.

Ukare-koshi
Haru no hikari no
Nagara-yama
Hana o kasumeru
Kane no oto kana

Hatijuh-sai, Rengetsu

Quand il m’arrive de passer
près du Mont Nagara
drapé de la lumière du printemps,
le son d’une cloche de temple
tinte sur les fleurs.

Hatijuh-sai, Rengetsu

DEMANDER PLUS D'INFORMATION